Un an dans un jardin de Tokyo

La lecture de l’ouvrage Un an dans la vie d’une forêt (2014) de David G. Haskel, naturaliste américain, a confirmé un désir de noter au fil d’une année les observations faites dans un jardin de Tokyo : les changements saisonniers des plantes, des animaux, les pratiques des visiteurs et jardiniers, les rencontres, … Non pas avec un regard de naturaliste mais d’architecte-flaneuse qui s’intéresse aux liens entre ville et nature à Edo-Tokyo (Edo est le nom antérieur à 1868 de la capitale japonaise).
Au Japon, depuis longtemps, les variations incessantes au fil des saisons sont minutieusement observées. Certaines ont été choisies, captées, travaillées et restituées à travers divers modes d’expression : de façon primordiale la poésie, la peinture, les divers arts décoratifs, … et bien sûr l’art des jardins.
Encore aujourd’hui, dans la grande ville, le calendrier social reste très informé par de nombreux événements saisonniers, telle la célébration des cerisiers en fleurs, emblématique et bien connue maintenant de par le monde. Bien d’autres se déroulent tout au long de l’année.

S’imposer des visites et des notations régulières pourrait permettre de mieux percevoir ces évolutions et d’en garder trace. Le jardin choisi, Kyû-Yasuda teien, était à l’origine, au XVIIe siècle, un jardin d’agrément autour d’un étang dans une résidence seigneuriale. Après plusieurs destructions et reconstitutions, il est aujourd’hui dans un statut intermédiaire entre le jardin historique et le jardin public. A la différence des autres jardins classés de l’époque d’Edo (1603-1867), son entrée est libre et gratuite, mais son accès est restreint par des horaires d’ouverture, ce qui n’est pas le cas dans un jardin public. Il n’est pas complètement patrimonialisé mais, semble-t-il, plus riche et complexe qu’un simple jardin public de quartier.
Toutes les personnes intéressées par les jardins, les espaces publics, la culture japonaise, la ville de Tokyo sont invitées à passer comme lecteurs ou lectrices de ce carnet de terrain.


Une réflexion sur « Un an dans un jardin de Tokyo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *