samedi 20 mai

Entrée dans le jardin dans une effluve connue, elle revient tous les ans, mêlant douceur florale un peu épaisse et pointe de verdeur végétale ; une odeur qui ne laisse pas indifférent, un peu étrange et organique, insaisissable car elle descend des hautes frondaisons des shii, Castanopsis cuspida, un arbre d’Asie très commun au Japon et à Tokyo. Leur feuillage persistant s’augmente au printemps de rameaux nouveaux, à la cime des arbres, qui produisent des inflorescences allongées et regroupées en petits plumets, semblables à celles du châtaignier. 

On prétend, je ne l’assurerais pas, mais quelques savants nous persuadent que la fleur de châtaignier a positivement la même odeur que cette semence prolifique qu’il plut à la nature de placer dans les reins de l’homme pour la reproduction de ses semblables.

avait déjà noté Sade dans « La fleur de châtaignier », un récit des Historiettes, Contes et Fabliaux, recueil de très courts textes écrits en 1787-1788 lors de son emprisonnement à La Bastille. 

Entrée nord du jardin

Le bord de l’eau attire, appelle, captive, les enfants bien sûr, mais pas seulement. Il fait chaud déjà, presque 30°C, d’où peut-être un besoin de fraîcheur, l’envie de s’abandonner un peu, à la contemplation, à la rêverie dans cet air légèrement voilé.

Les touristes de passage n’échappent pas à l’attraction du bord de l’eau

Et une dame, absorbée dans ses observations et notations, un stylo et un papier à la main. Elle prépare, m’explique-t-elle, quelques poèmes qu’elle présentera dans la soirée, lors de la régnion d l&rsquoliseurs de haiku où elle est débutante. Elle est venue là car c’est sur son chemin, et elle s’essaie, laborieusement, à recueillir des tane 種, des graines, c’est à dire des mots d’où vont germer les trois vers qui donneront un poème. Mais trouver un mot-graine suffisamment fertile n’est pas si facile. Par exemple, en arrivant, le chant des oiseaux lui a semblé riche de potentialités, mais son manque de connaissance dans la distinction des chants et des oiseaux a vite épuisé l’idée. Mieux connaître la nature, ses composantes vivantes, est un soutien à l’inspiration poétique qui lui fait défaut, conclut-elle. 

L’observation nourrit la connaissance qui fertilise la poésie. Une histoire de graine en somme…

Les floraisons de ce moment sont :

Sharinbai, Rhaphiolepis umbellata ou japonica
Sharinbai exceptionnellement grand. Arbuste à feuillage coriace persistant, fleurs blanches en étoile et parfumées.
Et la deuxième vague des azalées, satsuki, Rhododendron indicum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *