Vendredi 16 juin 2017

Cette semaine, un article de Libération écrit par Diane Lisarelli, Le jardin, espace subversif  annonce que :

Sur fond de crise climatique, le jardin et l’imaginaire qui lui sont liés s’impose à nouveau comme un symbole puissant des changements à l’oeuvre dans nos sociétés.

Changements davantage souhaités que réels pour l’instant… Cet article renvoie à un autre texte écrit en 2005 par la philosophe Marie-José Mondzain, Saxifraga politica, qui commence ainsi :

Il existe dans la nature, des plantes minuscules, sauvages aussi bien que cultivées, dont la particularité est de naître et de se développer dans les fissures des pierres et par leur imperceptible insistance à imposer aux matières les plus compactes et les plus résistantes l’ordre fracturant de leur présence…
On les appelle saxifrages.

La saxifrage et le jardin comme métaphores et symboles de résistance individuelle et collective au néolibéralisme, à la folle course à la productivité qui nous mène droit dans le mur. Un jardin tel que Yasuda teien est bien un lieu commun, une condensation du monde, où les humains tentent de tisser des liens apaisés avec les autres et avec les éléments. Un lieu à l’écart, pour un temps en pause, un arrêt sur image, un moment d’attention, une offrande à nos sens : un espace et un temps d’abandon.

Pour les carpes et les tortues
Salary man entre deux rendez-vous, après une belle pause sur un banc
A la cueillette de graines de poésie
Plusieurs couples un peu âgés en promenade

Le jardin est aussi un lieu de travail, notamment pour les jardiniers fort affairés cette semaine. En équipe de cinq, ils sont venus tailler tous les buissons d’azalées qui ainsi refleuriront l’an prochain, et aussi les arbres dans une moitié du jardin, avant les grandes chaleurs qui causent des brûlures sur les plaies de taille. Les grands arbres sont donc émondés une fois tous les deux ans, afin de soigner leur forme et leur lumière. 

Homme buisson, échappé d’un songe ou d’une scène de théâtre
La taille allège une forme dessinée par la lumière qui pénètre dans l’arbre
En train de rajuster ses guêtres, grâce et souplesse du geste

Les artisans japonais, et particulièrement les jardiniers, portent des vêtements spécifiques, à la fois pratiques, même ergonomiques, témoignant de l’élégance de celui qui possède un savoir-faire : bandeau serré sur le front, haut à col en « bouche de carpe », pantalon bouffant jusqu’au genou, ceinture porte-outil, guêtres et chaussures très souples avec le pouce séparé, le tout de couleur indigo.

Un jardinier grimpé dans l’arbre taille les branches, tandis que celui resté en bas les fait tomber avec sa perche. Des bâches protègent les azalées des chutes de bois coupés. L’attention aux gestes, aux plantes, aux objets
Détail de l’outil tire-branche fabriqué en bambou par les jardiniers.

Les floraisons du moment :

Ajisai, hortensia dont certaines espèces vivent à l’état spontané dans les forêts du Japon
Natsutsubaki, mot à mot camélia d’été, Stewartia pseudocamellia, arbre de la famille des théacées, donc du camélia ; son écorce s’exfolie en fines lanières qui laisse apparaître le tronc lisse couleur chair.
Zakuro, grenadier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *