Vendredi 6 juillet 2017

La saison des pluies, tsuyu 梅雨, mot à mot pluie des prunes, n’est pas officiellement close, pourtant l’été semble là. D’autant plus que cette année, les pluies ont été bien trop parcimonieuses, on parle alors de karatsuyu 空梅雨, saison des pluies vide, ou teritsuyu 照り梅雨, saison des pluies brûlante, comme le soleil.

La plus haute lanterne du jardin, 4 m environ, en pierre mais qui reprend la forme, le code décoratif des lanternes de bronze et une monumentalité « à la chinoise »

Le ciel bleu souffle un air chaud. Peu de promeneurs, mais tout de même, toujours quelqu’un qui passe, en quête d’un peu de fraîcheur sous les ombrages. Dans ce jardin conçu pour la promenade autour d’un étang central, sont disposées plusieurs lanternes de pierre, au long des chemins ou au bord de l’eau. Artefacts disposés comme une ponctuation clairement dessinée et posée dans un paysage qui évoque le naturel, les lanternes se découvrent par surprise au détour d’une allée, apparaissent et disparaissent, puis parfois réapparaissent dans le lointain. Elles sont des bornes, des repères fixes dans un paysage mouvant au grès des saisons et de la lumière.

Lanterne plus petite mais du même style que celle ci-dessus, colonne décorée de reliefs

Les lanternes, tôrô 灯籠 sont d’abord des objets religieux, en bronze puis en pierre, disposés dans les lieux sacrés, au centre d’une cour devant un temple, ou bien posés par paires devant un sanctuaire, ou encore alignés de chaque côté de l’allée qui y mène.

Entre rive et allée, lanterne moins verticale, composée clairement de trois parties : pied, corps central et chapeau
Même lanterne vue de la rive opposée, avec les inévitables mariés en séance photo

C’est le premier grand maître de thé, Sen no Rikyû (1522-1591), qui introduisit la lanterne de pierre ishi dôrô 石灯籠 dans un jardin, précisément dans le passage paysager, étroit et touffu, conçu pour atteindre le pavillon de thé. A l’intérieur de l’espace exigu du bâtiment, se prépare puis se boit le breuvage quasi-sacré, lors d’un moment ritualisé et particularisé, intégrant lieu, instant et personnes qui interagissent tous ensemble. La lanterne de pierre manifeste la nature sacré du lieu et de la rencontre qui s’y déroule, et munie d’un lumignon elle sert de repère dans la pénombre du sous-bois au crépuscule.

La lanterne, artefact évident, habite les éléments paysagers naturels

A l’époque d’Edo (1600-1867), se multiplient les résidences avec leurs jardins de promenades autour d’un étang, qui vont combiner tous les éléments de l’histoire des jardins japonais, dont les lanternes. Eléments décoratifs, points fixes dans le paysage, elles structurent des vues séquentielles au long des parcours dans le jardin. 

Formes de plus en plus simples et géométriques

La lanterne se naturalise, galet poli posé dans les bambous… ou dans le sous-bois

Sont repérables trois formes de lanternes en trois situations différentes : haute colonne décorée de reliefs à la croisée de chemins; lanterne plus large en un assemblage de composants géométriques peu ou pas décorés, contrastant avec des rochers naturels ; lanternes plus petites, en lien avec le végétal, d’une forme simplifiée et polie, naturalisée. Se retrouvent souvent cette tripartition stylistique, qui semble issue de la calligraphie : déformation d’une base régulière et ancienne, voire archaïque, en une forme plus simplifiée puis en une dernière encore plus libre. Les trois coexistent, en un principe accumulatif, la manière la plus ancienne n’est pas éliminée par la plus récente qui n’est pas exclusive. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *