Ouverture, dimanche 2 avril 2017

Cette première chronique coïncide avec la réouverture du jardin Kyû-Yasuda, fermé de la mi-novembre 2016 au 31 mars 2017.

Le début d’avril correspond au Japon à la rentrée : rentrée scolaire et universitaire, rentrée parlementaire, reprise du championnat de base-ball, début de nouveaux programmes télévisés, de l’année fiscale, premier jour de travail pour les nouveaux employés et nouvelles recrues, ouverture de commerces, ou réouverture après travaux,… Floraison des cerisiers, montée des sèves, reprise des activités, événements naturels et faits sociaux se fondent en un moment auspicieux, souligné et intensément vécu. 

Le jardin Kyû-Yasuda, plus clairement « ancien jardin Yasuda », porte le nom de son dernier propriétaire, Yasuda Zenjirô (1838-1921), éminent financier de l’ère Meiji (1868-1912), fondateur de banque et de compagnie d’assurances (et arrière-grand-père d’Ono Yoko, artiste et compagne de John Lennon). Yasuda acquit ce jardin seigneurial en 1894, et en fit don à la ville de Tokyo en 1922 qui l’ouvrit au public en 1927. Le site fut détruit par les flammes lors du grand séisme du Kantô en 1923 et à nouveau par les bombardements incendiaires de la guerre du Pacifique en mars 1945. La ville de Tokyo l’attribua à l’arrondissement de Sumida en 1967, qui après travaux de restauration le rouvrit au public en 1971 et le fit classer bien culturel en 1996.

Alors, des travaux, pour quoi faire dans ce jardin de 14 242 m² ? Principalement, pour vidanger et curer l’étang qui se déploie en son milieu. A cause des boues et des feuilles mortes accumulées, le niveau de l’eau était devenu à la fois peu profond et surélevé, noyant les pierres et rochers des rives. Et ensuite, pour couper des arbres afin d’éclaircir le paysage, retrouver les lignes documentées par des photos et des archives de l’époque Taishô, vers 1922. En général, dans les jardins, les arbres poussent au-delà de ce qu’on avait imaginé (ou pas vraiment d’ailleurs), certains se sèment par eux-mêmes, s’installent dans des endroits gênants qui empiètent sur les allées, déstabilisent les rives, menacent un pavillon. Le couvert végétal, qu’on a tendance à laisser aller, s’épaissit insensiblement mais sûrement, assombrissant les sous-bois, fragilisant des éléments du jardin, en cas de chute par exemple, obstruant les profondeurs ou rompant les échelles paysagères. 

Plan des coupes effectuées selon divers critères expliqués
Cartel qui donne la dimension, l’âge (60 ans) du camphrier coupé

Découverte des têtards et tortue-pierre ishigame
Tsubaki, camélia Camellia japonica L., membre de la nombreuse famille des théacées
Asebi, pieris du Japon, Pieris japonica (Thunb.) D. Don ex G. Don, de la famille des bruyères
Bonze en balade

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *