Samedi 15 avril 2017

Visite d’après-midi avec une amie venue de France. Temps agréable, un peu voilé.

Avril, saison des pousses nouvelles qui prend un air d’automne.

Pousses de fougère shida en crosse
Bambou nain sasa
Violette, mousse et feuilles mortes des arbres sempervirents, qui tombent au printemps sous la poussée des feuillages nouveaux

Début de floraison des délicats Iris japonica, en japonais shaga, au milieu de Mahonia japonica, en japonais hiraginanten

Boke en japonais, Chaenomeles japonica dit « cognassier du Japon »

Un petit garçon a passé une grande partie de l’après-midi à fabriquer des histoires et des barrages dans le creux d’un rocher devenu bassin pour des escargots d’eau douce. D’autres enfants n’ont cessé de s’agréger autour de lui, contribuant aux constructions, narratives et minérales, avant d’aller voir plus loin. 

Et puis, malgré les nombreuses visites dans ce jardin, un détail se révèle, jamais remarqué encore.

Cadrant le passage, branche tourmentée de sudashii, arbre au feuillage persistant, très commun au Japon, qui semble tenir du chêne vert et du châtaignier, Castanopsis sieboldii (Makino) Hatus.

Singularités, irrégularités, parfois même bizarreries, sont retenues dans les jardins, mises en relief, valorisées, recherchées. Formes végétales, figures minérales : aspect, couleur, matière, prise en compte entière de chaque composant pour lui-même. Au cours de l’époque d’Edo (1602-1867), au fur et à mesure, le goût de l’étrange ira jusqu’à l’excentricité, recherche systématique poussée à l’extrême, jusqu’à la fabrication du singulier. Où finit la nature, où commence l’artifice ? Questions qui ne se posent pas en ces termes. C’est l’oscillation entre le minimalisme et l’originalité qui crée des tensions expressives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *