dimanche 5 février

Une belle matinée hivernale, claire et calme, froide sans être glaciale. Peu de promeneurs, le jardin est presque vide.

Les camélias offrent leur pleine floraison, abondante, généreuse, franche ; pétales épais, couleurs vives, dans un feuillage brillant. L’hiver n’arrête pas toutes les fleurs. 

Derrière le pavillon où un couple pique-nique, un portail flambant-neuf qui rejoint un nouveau bâtiment ouvert depuis quelques jours, le Musée des épées, conçu par Maki Fumihiko (né en 1928, prix Pritzker en 1993). Je vais retrouver ce couple aussi dans le musée. Ce jardin offre vraiment une halte avant d’aller voir ailleurs, de faire autre chose.

Détail de la palissade de bambous, encore verts, et de cordes, toute tenue par des liens et des serrages, sans clous.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.