Dimanche 1er avril 2018

Pique-nique rituel, tant attendu, toujours pareil mais jamais le même, pendant hanami

Dimanche premier avril dans un parc public au milieu d’un quartier résidentiel et populaire situé à l’est de Tokyo, dans l’arrondissement de Kôtô-ku.
Kameido chûô kôen, le Parc central de Kameido, s’étend sur 10 hectares gérés par la métropole de Tokyo, et c’est ce parc que nous visiterons et observerons cette année.

Avril, c’est la rentrée au Japon. Nouvelle année scolaire ou académique, fiscale ou professionnelle, reprise du championnat de base-ball ou des nouveaux programmes télévisés, prise de poste des nouvelles recrues, etc. Bref, toutes les activités se renouvellent.
La floraison des cerisiers, autrefois, signalait le démarrage des travaux agricoles dans les rizières et les champs, ce qui permettait d’en établir le calendrier annuel. A l’époque d’Edo (1600-1867), dans la grande ville du même nom rebaptisée Tokyo à l’aube de son entrée dans la modernité occidentalisée, la célébration des cerisiers en fleurs devint un rituel urbain, festif et collectif en divers lieux de la ville, d’abord à Ueno qui demeure le hot spot de ce moment d’effervescence, et même d’excitation. D’abord près de grands temples, comme ceux de Ueno, puis le long de rivières comme la Sumida, la lumière des fleurs hana no hikari, et le poudroiement des pétales se sont dispersés partout dans la ville.
Aujourd’hui, hanami est toujours un moment attendu et fêté, anticipé dans les médias dès février par des cartes dessinant l’avancée du front des cerisiers (ce qui n’est pas un détail car certains sites doivent accueillir et gérer des millions de visiteurs), puis hanami est annoncé officiellement à Tokyo lorsque au moins dix fleurs sont ouvertes dans le sanctuaire de Yasukuni. Considéré comme le lieu test, c’est par ailleurs un sanctuaire shinto à la lourde connotation nationaliste où sont honorées certains criminels de guerre. Pas un hasard, car les fleurs de cerisiers furent enrôlées comme métaphore du sacrifice des jeunes pilotes kamikaze à la fin de la guerre du Pacifique.

Chaque année, se déroule la même dramaturgie en trois actes, sept brefs jours, et une multitude de sites. D’abord, kaika, l’ouverture des fleurs, suivie de mankai, la pleine floraison, qui finit se dispersant dans l’air en hanafubuki, tourbillon de neige de pétales ou en hana-ikeda, train flottant de pétales sur l’eau.

Bord de la rivière Kyû-Nakagawa, qui borde le parc central de Kameido
La rive plantée de cerisiers, arbres dont le système racinaire est réputé bien tenir les levées de terre qui forment ici la digue contenant la rivière Kyû-Nakagawa
Le nord du parc central de Kameido est bordé par un grand ensemble de logements publics locatifs, construit à la fin des années 1970 et géré par l’arrondissement.
Rivière de pétales de cerisiers. 桜は七日, les cerisiers, c’est sept jours, dit le proverbe, il ne faut donc pas passer à côté de ce bref instant jaculatoire.
Groupe de personnes âgées qui ont amené leurs victuailles en charrette à bras. A noter, les chaussures laissées en dehors du plastique faisant office de tapis de sol.

Dans le creuset de la ville d’Edo, les rites sacrés de la campagne et la culture esthétique issue de l’aristocratie ont fusionné dans des pratiques populaires aux significations renouvelées, dont hanami est le modèle archétypal. « Faire hanami » suivant l’expression japonaise, c’est fêter le renouveau du printemps, les promesses d’une année fertile qui commence, c’est aussi jouir de la profusion explosive et de la beauté éphémère des fleurs tout en restant conscient de la fragilité de ce monde, donc de notre précaire condition. C’est d’abord une occasion de faire la fête à ne pas manquer. 

Aujourd’hui, dans notre monde globalisé, hanami est même devenu un événement qui attire des touristes du monde entier. On en parle dans les médias français ou autre.
Rien de tel dans le parc central de Kameido, encore à l’écart des circuit touristique. Hanami y est célébré en famille, ou avec des amis, ou dans un groupe constitué, ou lors d’une promenade solitaire. Hanami est improvisé au hasard d’une sortie, ou hyper organisé avec marmites, musique, matériel.
Regarder les divers groupes ou promeneurs dans ce parc forme une image de la population du quartier, de ses centres d’intérêt, des classes d’âge.

Vieux rockers avec guitares et ampli.
Hanami avec les mamans au bord du terrain de base-ball après l’entraînement d’un club.
Les pétales recouvrent d’ondes dessinées par le vent le terrain de base-ball. Tokyo, ville de la poésie de l’instant saisonnier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *