Dimanche 1er avril 2018

Pique-nique rituel, tant attendu, toujours pareil mais jamais le même, pendant hanami

Dimanche premier avril dans un parc public au milieu d’un quartier résidentiel et populaire situé à l’est de Tokyo, dans l’arrondissement de Kôtô-ku.
Kameido chûô kôen, le Parc central de Kameido, s’étend sur 10 hectares gérés par la métropole de Tokyo, et c’est ce parc que nous visiterons et observerons cette année.

Avril, c’est la rentrée au Japon. Nouvelle année scolaire ou académique, fiscale ou professionnelle, reprise du championnat de base-ball ou des nouveaux programmes télévisés, prise de poste des nouvelles recrues, etc. Bref, toutes les activités se renouvellent.
La floraison des cerisiers, autrefois, signalait le démarrage des travaux agricoles dans les rizières et les champs, ce qui permettait d’en établir le calendrier annuel. A l’époque d’Edo (1600-1867), dans la grande ville du même nom rebaptisée Tokyo à l’aube de son entrée dans la modernité occidentalisée, la célébration des cerisiers en fleurs devint un rituel urbain, festif et collectif en divers lieux de la ville, d’abord à Ueno qui demeure le hot spot de ce moment d’effervescence, et même d’excitation. D’abord près de grands temples, comme ceux de Ueno, puis le long de rivières comme la Sumida, la lumière des fleurs hana no hikari, et le poudroiement des pétales se sont dispersés partout dans la ville.
Aujourd’hui, hanami est toujours un moment attendu et fêté, anticipé dans les médias dès février par des cartes dessinant l’avancée du front des cerisiers (ce qui n’est pas un détail car certains sites doivent accueillir et gérer des millions de visiteurs), puis hanami est annoncé officiellement à Tokyo lorsque au moins dix fleurs sont ouvertes dans le sanctuaire de Yasukuni. Considéré comme le lieu test, c’est par ailleurs un sanctuaire shinto à la lourde connotation nationaliste où sont honorées certains criminels de guerre. Pas un hasard, car les fleurs de cerisiers furent enrôlées comme métaphore du sacrifice des jeunes pilotes kamikaze à la fin de la guerre du Pacifique.

Chaque année, se déroule la même dramaturgie en trois actes, sept brefs jours, et une multitude de sites. D’abord, kaika, l’ouverture des fleurs, suivie de mankai, la pleine floraison, qui finit se dispersant dans l’air en hanafubuki, tourbillon de neige de pétales ou en hana-ikeda, train flottant de pétales sur l’eau.

Bord de la rivière Kyû-Nakagawa, qui borde le parc central de Kameido
La rive plantée de cerisiers, arbres dont le système racinaire est réputé bien tenir les levées de terre qui forment ici la digue contenant la rivière Kyû-Nakagawa
Le nord du parc central de Kameido est bordé par un grand ensemble de logements publics locatifs, construit à la fin des années 1970 et géré par l’arrondissement.
Rivière de pétales de cerisiers. 桜は七日, les cerisiers, c’est sept jours, dit le proverbe, il ne faut donc pas passer à côté de ce bref instant jaculatoire.
Groupe de personnes âgées qui ont amené leurs victuailles en charrette à bras. A noter, les chaussures laissées en dehors du plastique faisant office de tapis de sol.

Dans le creuset de la ville d’Edo, les rites sacrés de la campagne et la culture esthétique issue de l’aristocratie ont fusionné dans des pratiques populaires aux significations renouvelées, dont hanami est le modèle archétypal. « Faire hanami » suivant l’expression japonaise, c’est fêter le renouveau du printemps, les promesses d’une année fertile qui commence, c’est aussi jouir de la profusion explosive et de la beauté éphémère des fleurs tout en restant conscient de la fragilité de ce monde, donc de notre précaire condition. C’est d’abord une occasion de faire la fête à ne pas manquer. 

Aujourd’hui, dans notre monde globalisé, hanami est même devenu un événement qui attire des touristes du monde entier. On en parle dans les médias français ou autre.
Rien de tel dans le parc central de Kameido, encore à l’écart des circuit touristique. Hanami y est célébré en famille, ou avec des amis, ou dans un groupe constitué, ou lors d’une promenade solitaire. Hanami est improvisé au hasard d’une sortie, ou hyper organisé avec marmites, musique, matériel.
Regarder les divers groupes ou promeneurs dans ce parc forme une image de la population du quartier, de ses centres d’intérêt, des classes d’âge.

Vieux rockers avec guitares et ampli.
Hanami avec les mamans au bord du terrain de base-ball après l’entraînement d’un club.
Les pétales recouvrent d’ondes dessinées par le vent le terrain de base-ball. Tokyo, ville de la poésie de l’instant saisonnier.

Vendredi 30 mars 2018

Ceci est le dernier billet de la saison 1 de ce blog consacré à l’observation d’un jardin de Tokyo. Un ancien jardin de résidence noble devenu jardin public traversant et très traversé, nommé Kyû-Yasuda teien.
Après un hiver plutôt rigoureux, le mois de mars fut variable comme un mois de mars, et finit dans la douceur tant espérée.
Le jardin est aux trois quarts fermé pour des travaux d’aménité : toilettes, bancs, cheminements. Seule l’allée qui mène à la nouvelle porte, la troisième du jardin, vers le flambant neuf Musée des sabres (voir billet précédent) reste praticable.

Jeunes feuilles rouges avant de devenir vertes

Il en sera ainsi partout dans Tokyo jusqu’en 2020, année des fameux Jeux Olympiques. Les micro-chantiers de rafraîchissement vont se multiplier, Tokyo va devoir montrer son plus bel aspect, en tout cas présenter des espaces publics impeccables, accessibles à tous (dits barrier-free), propres, photogéniques, photo-hygiéniques mais il restera toujours des interstices où la nature, des plantes, des animaux, du vivant, des énergies humaines et non humaines créeront de l’inattendu et du déviant.
Pour clore cette année, faisons le tour extérieur du jardin. Les murs de clôture donnent une idée du paysage urbain des quartiers résidentiels à l’époque d’Edo où habitaient la classe dominante des guerriers. Leur résidence était entourée de murs, avec un soubassement de pierres, murs en pisé protégé de la pluie par un enduit et un bardage de bois, coiffé d’une rangée de tuiles en faîtage. Ces quartiers n’étaient sans doute guère animés, d’une monumentalité plus que discrète, tout se passant à l’abri des regards. Seuls, les porches évoquaient éventuellement la magnificence du maître des lieux, et la cime des arbres, celle du jardin.

Porche d’entrée entre deux murs de clôture

Une petite partie du jardin n’est pas bordé de murs mais de maisons qui ont sans doute pris la place de bâtiments de services : écuries ou entrepôts. Un restaurant profite de sa proximité avec le jardin par un jeu de terrasses ; une est située le long de la rue, une autre prolongeant la première, est couverte et ouverte sur deux côtés vers le jardin, tout cela créant une porosité entre le dedans et le dehors, le public et le privé. Ce bricolage fabrique un lieu agréable, tout à fait unique, qui plaît actuellement. 

Un restaurant très apprécié des jeunes mères avec leurs petits enfants.
Une maison en bois de type pré-moderne, devenue rare dans le Tokyo actuel
A gauche, maison préfabriquée récente, dont le rez de chaussée a été transformé en boutique de mode ; des concerts de jazz y sont organisés régulièrement. A droite, maison plus ancienne.

 

dimanche 5 février

Une belle matinée hivernale, claire et calme, froide sans être glaciale. Peu de promeneurs, le jardin est presque vide.

Les camélias offrent leur pleine floraison, abondante, généreuse, franche ; pétales épais, couleurs vives, dans un feuillage brillant. L’hiver n’arrête pas toutes les fleurs. 

Derrière le pavillon où un couple pique-nique, un portail flambant-neuf qui rejoint un nouveau bâtiment ouvert depuis quelques jours, le Musée des épées, conçu par Maki Fumihiko (né en 1928, prix Pritzker en 1993). Je vais retrouver ce couple aussi dans le musée. Ce jardin offre vraiment une halte avant d’aller voir ailleurs, de faire autre chose.

Détail de la palissade de bambous, encore verts, et de cordes, toute tenue par des liens et des serrages, sans clous.

 

 

 

Lundi 25 septembre 2017

Retour au jardin, après presque deux mois d’absence.

En cette fin septembre, la franche lumière de l’automne fait briller les couleurs. Après l’été, sa chaleur moite et étouffante, très pluvieuse cette année, l’automne est la saison où l’on reprend plaisir à vivre, manger, sortir, où l’on reprend des forces. C’est donc une saison propice aux cérémonies de mariage, pour preuve, trois couples se font portraiturer en même temps ! Les studios photographiques des alentours tournent à plein régime.

Tiens, la mariée est en blanc !

Les oiseaux aussi sont fort actifs. Il y a ceux que l’on entend sans les voir, qui restent dans les hautes frondaisons comme la jolie pie bleue du Japon, onaga. Mais aujourd’hui, un oiseau se laisse contempler longuement. Il guette, silencieux, immobile, en sécurité sur un rocher qui borde l’île au milieu de l’étang : le martin-pêcheur, kawasemi. J’ai même vu son envol soudain en piqué vers la surface de l’eau, sa plongée qui fut une bonne pêche, puis il rejaillit dans le même élan vers les hautes branches d’un arbre. Une trajectoire de flèche, impeccable. Un sans faute.

A Tokyo, au cœur de la mégapole, on peut passer son après-midi à observer pêcher un martin-pêcheur. C’est d’ailleurs un thème de prédilection des photographes.

Le martin-pêcheur et la tortue, en une nouvelle fable

Au pied d’un grand cycas, ni palmier ni fougère, finissent les fleurs rouges des higanbana, « fleurs de l’équinoxe », moment où l’on va nettoyer les tombes, en latin Lycoris radiata de la famille de l’amaryllis, appelé aussi lys araignée. Après la floraison des bulbes en tout début d’automne, les feuilles vont apparaître en une touffe épaisse et passer l’hiver pour disparaître au printemps. C’est peut-être ce cycle inversé qui assigne à cette plante le rôle d’accompagner les morts en leur montrant le chemin vers les enfers. 

Au bord de l’eau, la floraison finissante du Lagerstroemia indica, lilas d’Inde ou lilas d’été, fait miroiter encore quelques grappes roses. Son écorce se desquame, laissant branches et troncs lisses avec des taches bicolores dans les tons doux de beige rosé, plus clair ou plus foncé. Son nom japonais sarusuberi signifie « qui fait glisser le singe ». 

 

 

Vendredi 6 juillet 2017

La saison des pluies, tsuyu 梅雨, mot à mot pluie des prunes, n’est pas officiellement close, pourtant l’été semble là. D’autant plus que cette année, les pluies ont été bien trop parcimonieuses, on parle alors de karatsuyu 空梅雨, saison des pluies vide, ou teritsuyu 照り梅雨, saison des pluies brûlante, comme le soleil.

La plus haute lanterne du jardin, 4 m environ, en pierre mais qui reprend la forme, le code décoratif des lanternes de bronze et une monumentalité « à la chinoise »

Le ciel bleu souffle un air chaud. Peu de promeneurs, mais tout de même, toujours quelqu’un qui passe, en quête d’un peu de fraîcheur sous les ombrages. Dans ce jardin conçu pour la promenade autour d’un étang central, sont disposées plusieurs lanternes de pierre, au long des chemins ou au bord de l’eau. Artefacts disposés comme une ponctuation clairement dessinée et posée dans un paysage qui évoque le naturel, les lanternes se découvrent par surprise au détour d’une allée, apparaissent et disparaissent, puis parfois réapparaissent dans le lointain. Elles sont des bornes, des repères fixes dans un paysage mouvant au grès des saisons et de la lumière.

Lanterne plus petite mais du même style que celle ci-dessus, colonne décorée de reliefs

Les lanternes, tôrô 灯籠 sont d’abord des objets religieux, en bronze puis en pierre, disposés dans les lieux sacrés, au centre d’une cour devant un temple, ou bien posés par paires devant un sanctuaire, ou encore alignés de chaque côté de l’allée qui y mène.

Entre rive et allée, lanterne moins verticale, composée clairement de trois parties : pied, corps central et chapeau
Même lanterne vue de la rive opposée, avec les inévitables mariés en séance photo

C’est le premier grand maître de thé, Sen no Rikyû (1522-1591), qui introduisit la lanterne de pierre ishi dôrô 石灯籠 dans un jardin, précisément dans le passage paysager, étroit et touffu, conçu pour atteindre le pavillon de thé. A l’intérieur de l’espace exigu du bâtiment, se prépare puis se boit le breuvage quasi-sacré, lors d’un moment ritualisé et particularisé, intégrant lieu, instant et personnes qui interagissent tous ensemble. La lanterne de pierre manifeste la nature sacré du lieu et de la rencontre qui s’y déroule, et munie d’un lumignon elle sert de repère dans la pénombre du sous-bois au crépuscule.

La lanterne, artefact évident, habite les éléments paysagers naturels

A l’époque d’Edo (1600-1867), se multiplient les résidences avec leurs jardins de promenades autour d’un étang, qui vont combiner tous les éléments de l’histoire des jardins japonais, dont les lanternes. Eléments décoratifs, points fixes dans le paysage, elles structurent des vues séquentielles au long des parcours dans le jardin. 

Formes de plus en plus simples et géométriques

La lanterne se naturalise, galet poli posé dans les bambous… ou dans le sous-bois

Sont repérables trois formes de lanternes en trois situations différentes : haute colonne décorée de reliefs à la croisée de chemins; lanterne plus large en un assemblage de composants géométriques peu ou pas décorés, contrastant avec des rochers naturels ; lanternes plus petites, en lien avec le végétal, d’une forme simplifiée et polie, naturalisée. Se retrouvent souvent cette tripartition stylistique, qui semble issue de la calligraphie : déformation d’une base régulière et ancienne, voire archaïque, en une forme plus simplifiée puis en une dernière encore plus libre. Les trois coexistent, en un principe accumulatif, la manière la plus ancienne n’est pas éliminée par la plus récente qui n’est pas exclusive. 

 

Vendredi 30 juin

La saison des pluies, tsuyu 梅雨, a fini par s’installer au-dessus de Tokyo. Chaque jour est un peu plus chaud et humide que la veille, chaque heure plus moite et lourde que la précédente. Le Japon s’arrime à l’Asie des moussons pour l’été. Un verdissage couvrant touche l’air, l’eau, la terre. 

Aujourd’hui, petites averses intermittentes qui vident le jardin de promeneurs, mais dès que la pluie cesse, ils surgissent comme s’ils attendaient à l’abri du porche d’entrée.

Mai et juin sont les mois de pousse des bambous, tiges puis feuilles nouvelles. Au jardin Kyû-Yasuda, sont présentes plusieurs espèces de sasa笹, bambous « nains », qui taillés, forment des tapis denses et couvrants. 

Kuma-zasa, originaire de Hokkaidô, Sasa veitchii, aux feuilles d’abord vert uni puis bordées de blanc.
Okame-zasa, aux petites feuilles vert vif, Shibataea kumasaca

Azumane-zasa, le bambou commun de Musashino, ancien nom de la région de Tokyo, Pleioblastus chino
Union parmi les canards aussi
Kuchinashi 梔子, la saison des pluies est propice de la floraison des gardénias, au parfum de jasmin alourdi par l’humidité, Gardenia jasmonoides forma grandiflora, une plante venue du sud.

 

Vendredi 16 juin 2017

Cette semaine, un article de Libération écrit par Diane Lisarelli, Le jardin, espace subversif  annonce que :

Sur fond de crise climatique, le jardin et l’imaginaire qui lui sont liés s’impose à nouveau comme un symbole puissant des changements à l’oeuvre dans nos sociétés.

Changements davantage souhaités que réels pour l’instant… Cet article renvoie à un autre texte écrit en 2005 par la philosophe Marie-José Mondzain, Saxifraga politica, qui commence ainsi :

Il existe dans la nature, des plantes minuscules, sauvages aussi bien que cultivées, dont la particularité est de naître et de se développer dans les fissures des pierres et par leur imperceptible insistance à imposer aux matières les plus compactes et les plus résistantes l’ordre fracturant de leur présence…
On les appelle saxifrages.

Continuer la lecture de Vendredi 16 juin 2017

samedi 20 mai

Entrée dans le jardin dans une effluve connue, elle revient tous les ans, mêlant douceur florale un peu épaisse et pointe de verdeur végétale ; une odeur qui ne laisse pas indifférent, un peu étrange et organique, insaisissable car elle descend des hautes frondaisons des shii, Castanopsis cuspida, un arbre d’Asie très commun au Japon et à Tokyo. Leur feuillage persistant s’augmente au printemps de rameaux nouveaux, à la cime des arbres, qui produisent des inflorescences allongées et regroupées en petits plumets, semblables à celles du châtaignier. 

On prétend, je ne l’assurerais pas, mais quelques savants nous persuadent que la fleur de châtaignier a positivement la même odeur que cette semence prolifique qu’il plut à la nature de placer dans les reins de l’homme pour la reproduction de ses semblables.

avait déjà noté Sade dans « La fleur de châtaignier », un récit des Historiettes, Contes et Fabliaux, recueil de très courts textes écrits en 1787-1788 lors de son emprisonnement à La Bastille.  Continuer la lecture de samedi 20 mai

Vendredi 28 avril 2017

Très beau temps, lumière et douceur, tout est baigné de chants d’oiseaux en pleines parades et courses poursuites amoureuses. Moineaux, mésanges, tourterelles, bulbuls, étourneaux, …

Un après-midi de semaine, et des passages quasi continuels de gens en promenade : des dames par deux ou par trois, petits groupes d’amies en balade ; des jeunes femmes avec des petits enfants ; un groupe de provinciaux âgés en excursion à la capitale ; des hommes seuls, plus ou moins jeunes ou plus ou moins vieux, avec de lourds appareils photos. Beaucoup de photos sont prises, avec du matériel très sophistiqué, ou un téléphone, ou une tablette, tous les moyens démultipliés de prise de vue mis à contribution.

Et au détour d’un sentier, voici une autre parade, bariolée, ostentatoire et bruyante, bien moins discrète que celle des oiseaux. Continuer la lecture de Vendredi 28 avril 2017

Samedi 15 avril 2017

Visite d’après-midi avec une amie venue de France. Temps agréable, un peu voilé.

Avril, saison des pousses nouvelles qui prend un air d’automne.

Pousses de fougère shida en crosse
Bambou nain sasa
Violette, mousse et feuilles mortes des arbres sempervirents, qui tombent au printemps sous la poussée des feuillages nouveaux

Continuer la lecture de Samedi 15 avril 2017

Ouverture, dimanche 2 avril 2017

Cette première chronique coïncide avec la réouverture du jardin Kyû-Yasuda, fermé de la mi-novembre 2016 au 31 mars 2017.

Le début d’avril correspond au Japon à la rentrée : rentrée scolaire et universitaire, rentrée parlementaire, reprise du championnat de base-ball, début de nouveaux programmes télévisés, de l’année fiscale, premier jour de travail pour les nouveaux employés et nouvelles recrues, ouverture de commerces, ou réouverture après travaux,… Floraison des cerisiers, montée des sèves, reprise des activités, événements naturels et faits sociaux se fondent en un moment auspicieux, souligné et intensément vécu.  Continuer la lecture de Ouverture, dimanche 2 avril 2017

Un an dans un jardin de Tokyo

La lecture de l’ouvrage Un an dans la vie d’une forêt (2014) de David G. Haskel, naturaliste américain, a confirmé un désir de noter au fil d’une année les observations faites dans un jardin de Tokyo : les changements saisonniers des plantes, des animaux, les pratiques des visiteurs et jardiniers, les rencontres, … Non pas avec un regard de naturaliste mais d’architecte-flaneuse qui s’intéresse aux liens entre ville et nature à Edo-Tokyo (Edo est le nom antérieur à 1868 de la capitale japonaise).
Au Japon, depuis longtemps, les variations incessantes au fil des saisons sont minutieusement observées. Certaines ont été choisies, captées, travaillées et restituées à travers divers modes d’expression : de façon primordiale la poésie, la peinture, les divers arts décoratifs, … et bien sûr l’art des jardins.
Encore aujourd’hui, dans la grande ville, le calendrier social reste très informé par de nombreux événements saisonniers, telle la célébration des cerisiers en fleurs, emblématique et bien connue maintenant de par le monde. Bien d’autres se déroulent tout au long de l’année.

S’imposer des visites et des notations régulières pourrait permettre de mieux percevoir ces évolutions et d’en garder trace. Le jardin choisi, Kyû-Yasuda teien, était à l’origine, au XVIIe siècle, un jardin d’agrément autour d’un étang dans une résidence seigneuriale. Après plusieurs destructions et reconstitutions, il est aujourd’hui dans un statut intermédiaire entre le jardin historique et le jardin public. A la différence des autres jardins classés de l’époque d’Edo (1603-1867), son entrée est libre et gratuite, mais son accès est restreint par des horaires d’ouverture, ce qui n’est pas le cas dans un jardin public. Il n’est pas complètement patrimonialisé mais, semble-t-il, plus riche et complexe qu’un simple jardin public de quartier.
Toutes les personnes intéressées par les jardins, les espaces publics, la culture japonaise, la ville de Tokyo sont invitées à passer comme lecteurs ou lectrices de ce carnet de terrain.