Lundi 25 septembre 2017

Retour au jardin, après presque deux mois d’absence.

En cette fin septembre, la franche lumière de l’automne fait briller les couleurs. Après l’été, sa chaleur moite et étouffante, très pluvieuse cette année, l’automne est la saison où l’on reprend plaisir à vivre, manger, sortir, où l’on reprend des forces. C’est donc une saison propice aux cérémonies de mariage, pour preuve, trois couples se font portraiturer en même temps ! Les studios photographiques des alentours tournent à plein régime.

Tiens, la mariée est en blanc !

Les oiseaux aussi sont fort actifs. Il y a ceux que l’on entend sans les voir, qui restent dans les hautes frondaisons comme la jolie pie bleue du Japon, onaga. Mais aujourd’hui, un oiseau se laisse contempler longuement. Il guette, silencieux, immobile, en sécurité sur un rocher qui borde l’île au milieu de l’étang : le martin-pêcheur, kawasemi. J’ai même vu son envol soudain en piqué vers la surface de l’eau, sa plongée qui fut une bonne pêche, puis il rejaillit dans le même élan vers les hautes branches d’un arbre. Une trajectoire de flèche, impeccable. Un sans faute.

A Tokyo, au cœur de la mégapole, on peut passer son après-midi à observer pêcher un martin-pêcheur. C’est d’ailleurs un thème de prédilection des photographes.

Le martin-pêcheur et la tortue, en une nouvelle fable

Au pied d’un grand cycas, ni palmier ni fougère, finissent les fleurs rouges des higanbana, « fleurs de l’équinoxe », moment où l’on va nettoyer les tombes, en latin Lycoris radiata de la famille de l’amaryllis, appelé aussi lys araignée. Après la floraison des bulbes en tout début d’automne, les feuilles vont apparaître en une touffe épaisse et passer l’hiver pour disparaître au printemps. C’est peut-être ce cycle inversé qui assigne à cette plante le rôle d’accompagner les morts en leur montrant le chemin vers les enfers. 

Au bord de l’eau, la floraison finissante du Lagerstroemia indica, lilas d’Inde ou lilas d’été, fait miroiter encore quelques grappes roses. Son écorce se desquame, laissant branches et troncs lisses avec des taches bicolores dans les tons doux de beige rosé, plus clair ou plus foncé. Son nom japonais sarusuberi signifie « qui fait glisser le singe ». 

 

 

samedi 20 mai

Entrée dans le jardin dans une effluve connue, elle revient tous les ans, mêlant douceur florale un peu épaisse et pointe de verdeur végétale ; une odeur qui ne laisse pas indifférent, un peu étrange et organique, insaisissable car elle descend des hautes frondaisons des shii, Castanopsis cuspida, un arbre d’Asie très commun au Japon et à Tokyo. Leur feuillage persistant s’augmente au printemps de rameaux nouveaux, à la cime des arbres, qui produisent des inflorescences allongées et regroupées en petits plumets, semblables à celles du châtaignier. 

On prétend, je ne l’assurerais pas, mais quelques savants nous persuadent que la fleur de châtaignier a positivement la même odeur que cette semence prolifique qu’il plut à la nature de placer dans les reins de l’homme pour la reproduction de ses semblables.

avait déjà noté Sade dans « La fleur de châtaignier », un récit des Historiettes, Contes et Fabliaux, recueil de très courts textes écrits en 1787-1788 lors de son emprisonnement à La Bastille.  Continuer la lecture de samedi 20 mai

Samedi 15 avril 2017

Visite d’après-midi avec une amie venue de France. Temps agréable, un peu voilé.

Avril, saison des pousses nouvelles qui prend un air d’automne.

Pousses de fougère shida en crosse
Bambou nain sasa
Violette, mousse et feuilles mortes des arbres sempervirents, qui tombent au printemps sous la poussée des feuillages nouveaux

Continuer la lecture de Samedi 15 avril 2017