Lundi 25 septembre 2017

Retour au jardin, après presque deux mois d’absence.

En cette fin septembre, la franche lumière de l’automne fait briller les couleurs. Après l’été, sa chaleur moite et étouffante, très pluvieuse cette année, l’automne est la saison où l’on reprend plaisir à vivre, manger, sortir, où l’on reprend des forces. C’est donc une saison propice aux cérémonies de mariage, pour preuve, trois couples se font portraiturer en même temps ! Les studios photographiques des alentours tournent à plein régime.

Tiens, la mariée est en blanc !

Les oiseaux aussi sont fort actifs. Il y a ceux que l’on entend sans les voir, qui restent dans les hautes frondaisons comme la jolie pie bleue du Japon, onaga. Mais aujourd’hui, un oiseau se laisse contempler longuement. Il guette, silencieux, immobile, en sécurité sur un rocher qui borde l’île au milieu de l’étang : le martin-pêcheur, kawasemi. J’ai même vu son envol soudain en piqué vers la surface de l’eau, sa plongée qui fut une bonne pêche, puis il rejaillit dans le même élan vers les hautes branches d’un arbre. Une trajectoire de flèche, impeccable. Un sans faute.

A Tokyo, au cœur de la mégapole, on peut passer son après-midi à observer pêcher un martin-pêcheur. C’est d’ailleurs un thème de prédilection des photographes.

Le martin-pêcheur et la tortue, en une nouvelle fable

Au pied d’un grand cycas, ni palmier ni fougère, finissent les fleurs rouges des higanbana, « fleurs de l’équinoxe », moment où l’on va nettoyer les tombes, en latin Lycoris radiata de la famille de l’amaryllis, appelé aussi lys araignée. Après la floraison des bulbes en tout début d’automne, les feuilles vont apparaître en une touffe épaisse et passer l’hiver pour disparaître au printemps. C’est peut-être ce cycle inversé qui assigne à cette plante le rôle d’accompagner les morts en leur montrant le chemin vers les enfers. 

Au bord de l’eau, la floraison finissante du Lagerstroemia indica, lilas d’Inde ou lilas d’été, fait miroiter encore quelques grappes roses. Son écorce se desquame, laissant branches et troncs lisses avec des taches bicolores dans les tons doux de beige rosé, plus clair ou plus foncé. Son nom japonais sarusuberi signifie « qui fait glisser le singe ». 

 

 

Vendredi 16 juin 2017

Cette semaine, un article de Libération écrit par Diane Lisarelli, Le jardin, espace subversif  annonce que :

Sur fond de crise climatique, le jardin et l’imaginaire qui lui sont liés s’impose à nouveau comme un symbole puissant des changements à l’oeuvre dans nos sociétés.

Changements davantage souhaités que réels pour l’instant… Cet article renvoie à un autre texte écrit en 2005 par la philosophe Marie-José Mondzain, Saxifraga politica, qui commence ainsi :

Il existe dans la nature, des plantes minuscules, sauvages aussi bien que cultivées, dont la particularité est de naître et de se développer dans les fissures des pierres et par leur imperceptible insistance à imposer aux matières les plus compactes et les plus résistantes l’ordre fracturant de leur présence…
On les appelle saxifrages.

Continuer la lecture de Vendredi 16 juin 2017

Vendredi 28 avril 2017

Très beau temps, lumière et douceur, tout est baigné de chants d’oiseaux en pleines parades et courses poursuites amoureuses. Moineaux, mésanges, tourterelles, bulbuls, étourneaux, …

Un après-midi de semaine, et des passages quasi continuels de gens en promenade : des dames par deux ou par trois, petits groupes d’amies en balade ; des jeunes femmes avec des petits enfants ; un groupe de provinciaux âgés en excursion à la capitale ; des hommes seuls, plus ou moins jeunes ou plus ou moins vieux, avec de lourds appareils photos. Beaucoup de photos sont prises, avec du matériel très sophistiqué, ou un téléphone, ou une tablette, tous les moyens démultipliés de prise de vue mis à contribution.

Et au détour d’un sentier, voici une autre parade, bariolée, ostentatoire et bruyante, bien moins discrète que celle des oiseaux. Continuer la lecture de Vendredi 28 avril 2017