Vendredi 30 mars 2018

Ceci est le dernier billet de la saison 1 de ce blog consacré à l’observation d’un jardin de Tokyo. Un ancien jardin de résidence noble devenu jardin public traversant et très traversé, nommé Kyû-Yasuda teien.
Après un hiver plutôt rigoureux, le mois de mars fut variable comme un mois de mars, et finit dans la douceur tant espérée.
Le jardin est aux trois quarts fermé pour des travaux d’aménité : toilettes, bancs, cheminements. Seule l’allée qui mène à la nouvelle porte, la troisième du jardin, vers le flambant neuf Musée des sabres (voir billet précédent) reste praticable.

Jeunes feuilles rouges avant de devenir vertes

Il en sera ainsi partout dans Tokyo jusqu’en 2020, année des fameux Jeux Olympiques. Les micro-chantiers de rafraîchissement vont se multiplier, Tokyo va devoir montrer son plus bel aspect, en tout cas présenter des espaces publics impeccables, accessibles à tous (dits barrier-free), propres, photogéniques, photo-hygiéniques mais il restera toujours des interstices où la nature, des plantes, des animaux, du vivant, des énergies humaines et non humaines créeront de l’inattendu et du déviant.
Pour clore cette année, faisons le tour extérieur du jardin. Les murs de clôture donnent une idée du paysage urbain des quartiers résidentiels à l’époque d’Edo où habitaient la classe dominante des guerriers. Leur résidence était entourée de murs, avec un soubassement de pierres, murs en pisé protégé de la pluie par un enduit et un bardage de bois, coiffé d’une rangée de tuiles en faîtage. Ces quartiers n’étaient sans doute guère animés, d’une monumentalité plus que discrète, tout se passant à l’abri des regards. Seuls, les porches évoquaient éventuellement la magnificence du maître des lieux, et la cime des arbres, celle du jardin.

Porche d’entrée entre deux murs de clôture

Une petite partie du jardin n’est pas bordé de murs mais de maisons qui ont sans doute pris la place de bâtiments de services : écuries ou entrepôts. Un restaurant profite de sa proximité avec le jardin par un jeu de terrasses ; une est située le long de la rue, une autre prolongeant la première, est couverte et ouverte sur deux côtés vers le jardin, tout cela créant une porosité entre le dedans et le dehors, le public et le privé. Ce bricolage fabrique un lieu agréable, tout à fait unique, qui plaît actuellement. 

Un restaurant très apprécié des jeunes mères avec leurs petits enfants.
Une maison en bois de type pré-moderne, devenue rare dans le Tokyo actuel
A gauche, maison préfabriquée récente, dont le rez de chaussée a été transformé en boutique de mode ; des concerts de jazz y sont organisés régulièrement. A droite, maison plus ancienne.

 

dimanche 5 février

Une belle matinée hivernale, claire et calme, froide sans être glaciale. Peu de promeneurs, le jardin est presque vide.

Les camélias offrent leur pleine floraison, abondante, généreuse, franche ; pétales épais, couleurs vives, dans un feuillage brillant. L’hiver n’arrête pas toutes les fleurs. 

Derrière le pavillon où un couple pique-nique, un portail flambant-neuf qui rejoint un nouveau bâtiment ouvert depuis quelques jours, le Musée des épées, conçu par Maki Fumihiko (né en 1928, prix Pritzker en 1993). Je vais retrouver ce couple aussi dans le musée. Ce jardin offre vraiment une halte avant d’aller voir ailleurs, de faire autre chose.

Détail de la palissade de bambous, encore verts, et de cordes, toute tenue par des liens et des serrages, sans clous.