samedi 20 mai

Entrée dans le jardin dans une effluve connue, elle revient tous les ans, mêlant douceur florale un peu épaisse et pointe de verdeur végétale ; une odeur qui ne laisse pas indifférent, un peu étrange et organique, insaisissable car elle descend des hautes frondaisons des shii, Castanopsis cuspida, un arbre d’Asie très commun au Japon et à Tokyo. Leur feuillage persistant s’augmente au printemps de rameaux nouveaux, à la cime des arbres, qui produisent des inflorescences allongées et regroupées en petits plumets, semblables à celles du châtaignier. 

On prétend, je ne l’assurerais pas, mais quelques savants nous persuadent que la fleur de châtaignier a positivement la même odeur que cette semence prolifique qu’il plut à la nature de placer dans les reins de l’homme pour la reproduction de ses semblables.

avait déjà noté Sade dans « La fleur de châtaignier », un récit des Historiettes, Contes et Fabliaux, recueil de très courts textes écrits en 1787-1788 lors de son emprisonnement à La Bastille.  Continuer la lecture de samedi 20 mai