Lundi 25 septembre 2017

Retour au jardin, après presque deux mois d’absence.

En cette fin septembre, la franche lumière de l’automne fait briller les couleurs. Après l’été, sa chaleur moite et étouffante, très pluvieuse cette année, l’automne est la saison où l’on reprend plaisir à vivre, manger, sortir, où l’on reprend des forces. C’est donc une saison propice aux cérémonies de mariage, pour preuve, trois couples se font portraiturer en même temps ! Les studios photographiques des alentours tournent à plein régime.

Tiens, la mariée est en blanc !

Les oiseaux aussi sont fort actifs. Il y a ceux que l’on entend sans les voir, qui restent dans les hautes frondaisons comme la jolie pie bleue du Japon, onaga. Mais aujourd’hui, un oiseau se laisse contempler longuement. Il guette, silencieux, immobile, en sécurité sur un rocher qui borde l’île au milieu de l’étang : le martin-pêcheur, kawasemi. J’ai même vu son envol soudain en piqué vers la surface de l’eau, sa plongée qui fut une bonne pêche, puis il rejaillit dans le même élan vers les hautes branches d’un arbre. Une trajectoire de flèche, impeccable. Un sans faute.

A Tokyo, au cœur de la mégapole, on peut passer son après-midi à observer pêcher un martin-pêcheur. C’est d’ailleurs un thème de prédilection des photographes.

Le martin-pêcheur et la tortue, en une nouvelle fable

Au pied d’un grand cycas, ni palmier ni fougère, finissent les fleurs rouges des higanbana, « fleurs de l’équinoxe », moment où l’on va nettoyer les tombes, en latin Lycoris radiata de la famille de l’amaryllis, appelé aussi lys araignée. Après la floraison des bulbes en tout début d’automne, les feuilles vont apparaître en une touffe épaisse et passer l’hiver pour disparaître au printemps. C’est peut-être ce cycle inversé qui assigne à cette plante le rôle d’accompagner les morts en leur montrant le chemin vers les enfers. 

Au bord de l’eau, la floraison finissante du Lagerstroemia indica, lilas d’Inde ou lilas d’été, fait miroiter encore quelques grappes roses. Son écorce se desquame, laissant branches et troncs lisses avec des taches bicolores dans les tons doux de beige rosé, plus clair ou plus foncé. Son nom japonais sarusuberi signifie « qui fait glisser le singe ». 

 

 

Un an dans un jardin de Tokyo

La lecture de l’ouvrage Un an dans la vie d’une forêt (2014) de David G. Haskel, naturaliste américain, a confirmé un désir de noter au fil d’une année les observations faites dans un jardin de Tokyo : les changements saisonniers des plantes, des animaux, les pratiques des visiteurs et jardiniers, les rencontres, … Non pas avec un regard de naturaliste mais d’architecte-flaneuse qui s’intéresse aux liens entre ville et nature à Edo-Tokyo (Edo est le nom antérieur à 1868 de la capitale japonaise).
Au Japon, depuis longtemps, les variations incessantes au fil des saisons sont minutieusement observées. Certaines ont été choisies, captées, travaillées et restituées à travers divers modes d’expression : de façon primordiale la poésie, la peinture, les divers arts décoratifs, … et bien sûr l’art des jardins.
Encore aujourd’hui, dans la grande ville, le calendrier social reste très informé par de nombreux événements saisonniers, telle la célébration des cerisiers en fleurs, emblématique et bien connue maintenant de par le monde. Bien d’autres se déroulent tout au long de l’année.

S’imposer des visites et des notations régulières pourrait permettre de mieux percevoir ces évolutions et d’en garder trace. Le jardin choisi, Kyû-Yasuda teien, était à l’origine, au XVIIe siècle, un jardin d’agrément autour d’un étang dans une résidence seigneuriale. Après plusieurs destructions et reconstitutions, il est aujourd’hui dans un statut intermédiaire entre le jardin historique et le jardin public. A la différence des autres jardins classés de l’époque d’Edo (1603-1867), son entrée est libre et gratuite, mais son accès est restreint par des horaires d’ouverture, ce qui n’est pas le cas dans un jardin public. Il n’est pas complètement patrimonialisé mais, semble-t-il, plus riche et complexe qu’un simple jardin public de quartier.
Toutes les personnes intéressées par les jardins, les espaces publics, la culture japonaise, la ville de Tokyo sont invitées à passer comme lecteurs ou lectrices de ce carnet de terrain.